Christine Grimaldi danseuse, chorégraphe et directrice artistique



jardin-des-grenades-008-3.jpg


Danseuse de formation classique (Théâtre d’Angers, Rouen, BTC Amiens, etc.), Christine Grimaldi quitte le ballet pour se consacrer à la danse contemporaine. 

Sans cesse à la recherche d’une expression nouvelle, elle travaille sous la direction de maîtres aussi différents que Jérôme Robbins, Félix Blaska, Alwin Nikolais ou Alwin Ailey, danse aux côtés de Dominique Bagouet, Caroline Carlson, Odile Azagury, Anne-marie Raynaud, étudie le Bharata Natyam, danse classique de l’Inde du Sud. 

Passionnée par la musique ancienne, Christine Grimaldi se plonge dans un long travail de recherche, mêlant des esthétiques spécifiques et une écriture chorégraphique contemporaine. 

L’une de ses premières créations, les Cantigas de Santa Maria ( Paris 1984), est sans doute l’œuvre où s’installe définitivement le “style Grimaldi”. 

Elle fonde sa compagnie à Bordeaux en 1988. 

Sa danse ne ressemble à aucune autre est limpide et précise à l’extrême, émouvante, lyrique et colorée : aux ondoiements mystérieux des statuaires médiévales ou des danseuses sacrées se mêlent la violence et la rudesse d’un tempérament rebelle, une musicalité aiguë. 

Fortement touché par le spectacle Parfums d’oranger où la danse s’inscrit sur la musique traditionnelle des Balkans, le public roumain l’accueille comme une pionnière. Elle forme de jeunes danseurs roumains et crée un centre de documentation sur la danse contemporaine à Tirgu-Murès ( 1994 ). 

C’est aussi le début d’un travail de recherche commun avec des artistes roumains à partir du symbolisme dans la danse traditionnelle. De ce travail est née la rencontre avec les instruments populaires et la musique colportée par ces instruments “tout terrain” depuis le moyen- âge. 

Tout naturellement, la voie s’est ouverte vers la danse et la musique ancienne...  

Guidés par les exigences et les bizarreries de la chorégraphe, les danseurs de la compagnie découvrent tout d’abord la danse baroque, puis la danse de Cour dans son ensemble, avant de se spécialiser dans la danse de la Renaissance française et italienne des XVe et XVIe siècles. 

Son travail auprès des spécialistes européens ( Barbara Sparti, Bruna Gondoni, Cécilia Gracio Moura, Christine Bayle ) donne aujourd’hui matière et ampleur à l’écriture chorégraphique de Christine Grimaldi. 

Et si, avec magnificence, la danse ancienne s’inscrit dans le corps contemporain, elle garde sa précision, sa noblesse et sa mystérieuse beauté.