Le Jardin des Grenades

 

Le Jardin des Grenade(photos)

«  Je reconnaîtrai ton parfum à la couleur qu’il dégage, collé à ton pourpoint ou à ta vertugade, brun cramoisi pour la cannelle, rouge girofle, ambre cannelle…

 

Et quels que soient les tissus dont tu feras ta parure, brogatelle ou damasquin, velours de soie à boucle d’or , alluciollato, ciselé, façonné, découpé, broché, tu ne manqueras point d’y faire figurer la grenade chère aux princes comme aux courtisanes, de la froide Angleterre aux confins de l’Orient.

 

Étranges fruits venus d’arbres imaginaires poussés des doigts des tisserands, sublimes avatars de lotus, d’ananas ou de pommes de pins, tu veilleras à ce qu’elles semblent faites à la façon des ferronneries d’art ou des miniatures des pays persans.

 

Ainsi, vaisseau bruissant dans les froissements d’étoffes et les odeurs sauvages d’épices, dont on t’aura chargé, tu suivras ton sillage dans ces Cours dangereuses et futiles, ces  jardins de grenades aux essences mêlées»

 

Christine Grimaldi  

 

L’argument

 

Le cœur de l’Europe de la Renaissance se trouve à Venise, maîtresse du commerce de luxe, des arts et de la mode. 

Le XVIe siècle invente les étoffes à motifs de grenades sous l’influence du style turc, motifs répétés à l’envie sur les velours de soie, de la Cour d’Angleterre à l’empire Ottoman, transformant les assemblées aristocratiques en d’improbables jardins plantés de grenadiers chaque type de grenade, par son style,   marquant sa provenance. 

L’importance des parfums et des épices n’est pas anodine dans ce projet ainsi que les couleurs qui y sont intimement liées : chaudes ou froides, piquantes, acidulées. Aptes à identifier des ambiances ou des atmosphères, leurs palettes s’ouvriront au jeu des interprètes.

Le but n’est pas ici de conter l’histoire du costume ou du textile encore moins celle de la route des épices, bien que celles-ci soient curieusement mêlées. 

Ces grenades fantasques sont prétextes à ouvrir un champ musical et sonore axé sur les diversités de la musique de la Renaissance et à proposer une écriture chorégraphique « calligraphique » inspirée par les règles de danse des maîtres italiens, Caroso et Negri, liée à  une réflexion contemporaine sur l’utilisation de la mesure, du temps et de l’espace. 

Si l’argument plonge ses racines dans les Cours de la Renaissance, l’écriture et le processus de création sont résolument contemporains.

 

La Musique

Le projet musical qui accompagne cette pièce comporte deux propositions très différentes : d’une part des partitions jouées en direct par l’ensemble Gresal sur instruments anciens tels que vièle à archet, viole de gambe, flûtes anciennes, luth, ûd, chalumeau et percussions et d’autre part un enregistrement de compositions électro-acoustiques fruits de mon imagination. 

Le spectacle emmène le public dans un voyage à la fois dans le temps et l’espace, débutant dans une Angleterre encore médiévale, passant par la Venise de la Renaissance et s’achevant dans une Turquie intemporelle. La  musique raconte ces trois cultures par leurs croisements évidents tant par leurs sonorités que par leurs formes instrumentales.

Les pièces instrumentales puisées dans les répertoires allant du XIIIème au début du XVIIème siècle, purement formelles et typiques des danses de ces différentes époques, s’accordent parfaitement aux images engendrées par l’écriture chorégraphique contemporaine de Christine Grimaldi et créent une harmonie étonnante jusqu’à présent trop rare.

Parfois les instruments disposent de leur propre dialogue, c’est le cas du Shahak qui ouvre le dernier volet du triptyque : c’est la seule pièce  proposée pour l’écoute par la chorégraphe, ses sonorités étrangement sensuelles et envoûtantes portant à elles seules les spectateurs vers un autre monde. Entre ces trois univers et pour des instants autant irréels qu’oniriques, une bande électronique emprunte ses couleurs sonores aux états viscéraux d’une nature interne, magmatique, qui découle de la danse.

Partager une expérience avec des danseurs et se plier aux exigences d’un chorégraphe demande une grande écoute de part et d’autre et un grand respect du travail de chacun d’autant que pour ce projet les musiciens étaient sur un répertoire de musique ancienne et les danseurs dans une écriture contemporaine. 

Le mélange des styles fonctionne à la perfection, le chemin est ouvert pour d’autres projets.                                                                                                                                                                                                           

Jodël Grasset-Saruwatari 


Remerciements                                                                                 Production

Conseil Général de la Gironde                                                                  Compagnie Christine Grimaldi

CEFEDEM Aquitaine                                                                                                            Scène de pays de basse Navarre

Centre Socio-Culturel de la Benauge                                                                               SPEDIDAM

Le Cuvier de Feydeau                                                                                                          ADAMI

Ville de Bordeaux

Institut Culturel Français d’Izmir

Ballet Biarritz / Thierry Malandain